M. Nedelec, Ancien résistant, au Lycée La Briquerie à Thionville

Devoir de mémoire - témoignage de Fernand Nedelec, ancien résistant

Dans le cadre du Projet « Devoir de Mémoire », les élèves du lycée la Briquerie ont assisté, mardi 20 février à une conférence sur la Résistance, animée par un des derniers résistants originaire de Toul : Fernand Nedelec.
Il a expliqué à des élèves de 1ère les raisons de son engagement dans la Résistance à l’âge de 17 ans en 1942, et ses actions courageuses pendant l’Occupation.

Il leur a relaté les nombreux risques pris avec ses amis résistants Paul Chevrier, Marcel Banqué et le Sergent Terrot, dans l’espoir de voir sa ville et son pays à nouveau libre.

Fernand Nedelec - conference sur la Resistance 

Fernand Nedelec a narré 1h30 durant, ses souvenirs de la 2nde Guerre Mondiale, documents à l’appui. Il leur a raconté comment la faim les a tenaillé tout du long, la tragédie, les copains unis dans l’adversité.
Il a clos son Histoire en leur dressant une petite liste de pensées personnelles qui en ont découlées : « On ne s’aperçoit du prix de la liberté que lorsque l’on en est privé », « Qu’importent les efforts, c’est le résultat qui compte ! » ou bien encore : « La valeur morale de chaque individu ne dépend pas de sa couleur de peau, ni de son rang social, ni de ses convictions religieuses ».

Fernand Nedelec - conference sur la Resistance

Vint ensuite le temps des questions/réponses : les élèves (pour qui la Grande Guerre est au programme en histoire) se sont montrés curieux de connaître les émotions qu’avait pu éprouver M. Nedelec, ainsi que les détails pratiques des sabotages auxquels il avait pu participer. L’anecdote qui les aura probablement le plus captivés est le récit de l’explosion d’un pont avec du plastic.

Fernand Nedelec - conference sur la Resistance

Pour M. Nedelec, c’est un devoir envers ses camarades aujourd’hui disparus, que de se rendre dans les écoles, les communes auprès des jeunes générations, pour que surtout, des évènements de ce type ne se reproduisent plus.

Si son poignant témoignage peut, dit-il, contribuer à une prise de conscience collective, alors sa mission sera remplie. L’audimat présent ce jour-là, en tout cas, aura bu les paroles de ce grand Monsieur tout du long...

Revenir

Site créé par com Vous voudrez